Les conférences

> Le projet "Comme en 14..." > Les conférences

"Comme en 14... Saint-Affrique" : Deux conférences diaporamas à suivre les 12 et 13 septembre 2014

Publication le Vendredi 05/09/2014

Dans le cadre de la commémoration du centenaire de la guerre de 1914-1918, la Mairie de Saint-Affrique au travers de la Maison de la Mémoire, propose au public un retour vers le passé, avec, au cours des quatre prochaines années, l’opportunité de suivre les différentes animations  labellisées par la Mission du Centenaire.

mise à jour le 21/03/2016

Après le lancement des visites de la ville telle qu’elle était en 1914, deux conférences seront animées au petit Carré d’Art vendredi 12 septembre à 18h30 par M. Pierre Guiraldenq et samedi 13 septembre à 16h par Henri Moizet. Si la première est dédiée à « Émile Borel, des mathématiques au front », la seconde présentera « Saint-Affrique à la veille de la Grande guerre: le "Petit Nice de l'Aveyron" ».

Conférence « Emile Borel du mathématicien au soldat » :

Vendredi 12 septembre - Petit Carré d’Art - 18h30 - Par Pierre Guiraldenq- Entrée gratuite

 Découvrir les activités militaires d’Émile Borel pendant la Grande Guerre de 1914 - 1918 revient à le suivre dans deux actions complémentaires :

-          La première, proche de ses responsabilités scientifiques, a été de diriger le Service des inventions intéressant la défense nationale, puis d’occuper le poste de secrétaire général du ministre de la défense, Paul Painlevé.

-          La deuxième action, est celle d’un citoyen combattant qui accepte le danger, puisqu’il sera sur le front, d’abord sous-lieutenant en 1915, puis à nouveau comme chef d’une batterie d’artillerie lourde en 1918. Ces deux aspects seront détaillés.

Comme pour de nombreuses familles françaises, sa vie militaire est aussi accompagnée de drames humains, qui seront décrits. La fin de cette guerre sera le déclencheur de ses futurs engagements politiques.

 

Conférence « Saint-Affrique à la veille de la Grande guerre : le "Petit Nice de l'Aveyron" » : 

Samedi  13 septembre - 16h - Petit Carré d’Art- Par Henri Moizet- Entrée gratuite

La guerre de 1914-1918 marque la fin d’un monde, le passage du 19e au 20e siècle. Comment cette rupture s’est-elle amorcée pour Saint-Affrique ?

Dans son environnement rural, notre petite ville ressemble à « une belle endormie », loin des grands bouleversements économiques français. Pourtant des signes avant-coureurs de modernité apparaissent lentement dans ce pays traditionnel et religieux.

Moins isolée qu’il n’y paraît, Saint-Affrique a fourni à la France de belles figures renommées, porteuses d’influences : de Castelnau le militaire, l’abbé Ginisty l’évêque de Verdun, E. Borel le mathématicien de renom, G. Delure le bâtisseur colonial. Dans des domaines différents, ils contribuent à la gloire de leur ville.

Mais face aux périls, comment s’est développé l’esprit de Revanche ? Quel rôle y a joué l’école ? Quelles formes populaires a-t-il eues qui peuvent expliquer, non l’enthousiasme mais la résignation en août 1914 ?

L’espoir d’une guerre courte évanoui, il fallut s’adapter, difficilement, dans la souffrance. À celles des soldats, s’ajoutent celles de l’arrière, « ce deuxième front ». Les femmes s’y révèlent admirables. Il leur fallut désormais vivre avec la hantise de la mort redoutée, répondre aux exigences de la  solidarité et inventer de nouvelles pratiques sociales. Par devoir patriotique, simplement.

Même loin de chez nous, la guerre allait être « une grande perturbatrice. »

Revenir au programme général de "Comme en 14..."

Galerie Photo