Objets du passé

> Découvrir Saint-Affrique > Objets du passé

Les paniers de Saint-Jean-d'Alcapiès

Publication le Mardi 09/05/2017

Un petit village et son monopole sur l'industrie du Roquefort.

L'industrie du Roquefort était au 19e siècle, avec la ganterie millavoise, l'un des plus importants moteurs économiques du Sud-Aveyron. Elle a stimulé voire créé plusieurs industries connexes comme la fabrication de faisselles à Saint-Affrique, Millau et surtout Saint-Jean-du-Bruel. Le succès du roquefort était tel qu'il fallait le transporter sur de longues distances. À la toute fin du 18e s., un panier tressé est mis au point à Saint-Jean-d'Alcapiès puis présenté aux caves de Roquefort. Son succès est immédiat !

 

En 1800, trois familles à elles seules permettent de répondre aux besoins des caves. En 1854, la production de paniers explose et devient l'une des économies principales du village. Saint-Jean-d'Alcapiès a alors le quasi-monopole de cette production (on trouve d'autres ateliers à Saint-Maurice-de-Sorgues et à Latour-sur-Sorgues).

 

Rapidement la demande est telle que l'approvisionnement en matière première devient problématique : sa recherche prend plus de temps que la fabrication des paniers. La perte de rentabilité menace ainsi de détruire une industrie en pleine expansion.

 

C'est à cette période que Fulcran Bousquet part pour son service militaire dans une caserne à Perpignan. Lors d'une manœuvre au bord des étangs d'Elne, il remarque de grands roseaux qui, une fois trempé pendant plusieurs heures dans de l'eau, constitueraient une excellente matière première pour la fabrication des paniers à roquefort. Après sa démobilisation, il retourne à l'étang et fait couper puis ramener les roseaux à Saint-Jean-d'Alcapiès. Très vite, les paniers en roseau séduisent les vanniers, remplaçant définitivement l'osier plus cher.

 

Après 1914, la production de paniers diminue jusqu'à être définitivement remplacée par les caissettes en bois pendant la Seconde Guerre mondiale au grand regret des Caves de Roquefort qui appréciaient beaucoup ces paniers.

 

Un panier à roquefort, tout comme les fromages, a une taille standardisée : il mesure généralement 20 à 40 cm de haut (selon qu'il accueille 2 ou 4 fromages) pour un diamètre de 21 cm. Les collections de la Maison de la Mémoire possèdent également un panier plus petit destiné au transport d'un seul fromage. Une fois monté, le panier est ficelé à d'autres panier pour former un long tube de 5 paniers de 4 fromages ou de 9 paniers de 2 fromages. Plusieurs « tubes » sont ensuite livrés à Roquefort par mulet. Une fois rempli de fromage, un couvercle est cousu à la corde, puis les paniers repartent finalement vers leurs destinataires.

 

 

Sources :

- AUSSIBAL, Robert, Les Caves de Roquefort. Inventaire des mots, des instruments et des procédés traditionnels de l'affinage, Musée du Rouergue, 1984, pp. 62-63.

- BEDEL, Christian-Pierre, Al Canton. Saint-Affrique, Mission départementale de la Culture (Conseil Général de l'Aveyron), 2002, pp. 329-331.

- Saint-Jean-d'Alcapiès à travers les âges. Mélange d'histoires véridiques et imaginaires d'après « Le livre de Mazel », Mairie de Saint-Jean-d'Alcapiès, 1991.

Galerie Photo