La ville

> Découvrir Saint-Affrique > La ville

Les rues de la Bienveillance et des Mitrons

Publication le Jeudi 19/01/2017

Zoom sur ces deux anciennes rues, vestige de la première agglomération saint-affricaine…

Les actuelles rues de la Bienveillance et des Mitrons sont considérées comme un des vestige de la toute première agglomération de la ville.

Sur le cadastre de 1810, la rue des Mitrons et la partie de la rue de la Bienveillance parallèle à cette dernière sont toutes les deux nommées « rue des Sesteirals ». Elles débouchaient sur l'ancienne Halle au blé où se trouvait la pierre foirale (entre la place de l'Hôtel de ville et l'église). Cette pierre permettait de mesurer des « sesteirals », unité de mesure pour les céréales.

 

La seconde partie de la rue de la Bienveillance, lui donnant son tracé particulier en « L », est à l'époque une autre rue : la « rue du Barri Chauzit ». Ce nom, attesté depuis la fin du 15e siècle, est composé du terme « barri » signifiant « faubourg » et de « Chauzit » dont on ignore la signification (nom de personne, de lieu ou autre ?).

 

En 1848, la « rue du Portail » dite « rue du Portail Pradeilles » (actuelle rue Kléber) prend le nom de « rue de la Bienveillance ». Les actuelles rues de la Bienveillance et rue des Mitrons ne prennent leurs noms actuels qu'en 1902-1903, lorsque l'ancienne rue de la Bienveillance est renommée « rue Kléber ». Le teme « mitron » est, pour beaucoup, une référence aux garçons boulangers qui devaient travailler dans cette rue.


En 2000, un vieil hôtel est détruit ainsi que plusieurs autres maisons. Une petite place est alors créée, donnant un accès direct à l’église : la place du cheval vert, du nom de l'ancien hôtel qui était situé dans ce pâté de maisons.

 

Sources :

- Carel, Jean. Notes documentaires pour la connaissances de Saint-Affrique. Compte d'auteur. 2001. 113 p.

- Le Pestipon, Alain. Dictionnaire des noms de rues, lieux dits et institutions de Saint-Affrique (travail préparatoire). Compte d'auteur. 1996.